Premier inventaire des émissions de gaz à effet de serre fluorés en région Auvergne-Rhône-Alpes

Partager :
Etude
Réalisée
Du
1 septembre 2019
au
1 janvier 2020
Pourquoi cette étude ?

Un état des lieux des émissions de ces gaz dans l’atmosphère en région Auvergne-Rhône-Alpes a été réalisé dans le cadre de l’Observatoire Régional Climat Air Energie (ORCAE) pour lequel Atmo Auvergne-Rhône-Alpes est l’un des opérateurs (conjointement avec AURA-EE, CEREMA et Météo-France).

Les gaz à effet de serre sont des composants gazeux qui contribuent au processus de réchauffement climatique. Parmi eux se trouvent les gaz à effet de serre fluorés : les hydrofluorocarbures (HFC), les perfluorocarbures (PFC), l'hexafluorure de soufre (SF6) et le trifluorure d’azote (NF3). Ce sont des gaz de synthèse. Ils proviennent de sources multiples que l’on peut regrouper en quatorze secteurs d’activité : extincteurs, aérosols, froid domestique et commercial, transport frigorifique, climatisations embarquées ou non, mousses, équipements électriques, industries hors froid, pompe à chaleur, groupes refroidisseurs d’eau, froid industriel industrie agroalimentaire ou non agroalimentaire.

L’enjeux de cet inventaire a été de quantifier les émissions atmosphériques pour chaque secteur émetteur. Les années 2010 à 2017 ont été investiguées. Par ailleurs les impacts de ces émissions sur l’environnement (dont leurs contributions à l'accroissement de l'effet de serre) ont été estimés en fonction des quantités annuelles rejetées dans l’atmosphère et du Pouvoir de Réchauffement Global qui en découle. 

Le rapport décrit la méthodologie employée pour élaborer cet inventaire ainsi que les résultats obtenus détaillés par secteur puis globaux pour la région.

Que peut-on en retenir ?

A l’échelle de la région Auvergne-Rhône-Alpes, les gaz à effet de serre fluorés ne représentent qu’une faible part (~5%) des gaz à effet de serre (hors fluorés). Proportionnellement aux émissions nationales, les SF6 de la région occupent une part notable (16 à 20% selon l’année), les HPC représentent également 12 à 15%, seuls les PFC contribuent moins aux chiffres nationaux (2 à 5%).

Les émissions des gaz à effet de serre fluorés sont en constante augmentation depuis 2010, mais les secteurs sont inégalement émissifs : les émissions de HFC ont fortement augmenté, celles de SF6, NF3 et des PFC sont quant à elles en baisse. Les secteurs actuellement les plus émissifs sont les aérosols, la climatisation (embarquée et fixe) et l’industrie (hors froid). Cette tendance ne semble pas s’inverser. Les gaz à effet de serre fluorés les plus polluants sont utilisés dans des secteurs spécifiques où les contraintes techniques et de sécurité semblent limiter la possibilité de trouver des alternatives (industrie, aérosols pharmaceutiques par exemple). De nouvelles réglementations mises en place récemment n’ont pas encore d’effet recensé car certaines transitions technologiques prennent du temps. Leurs impacts sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre fluorés ne seront quantifiables que dans quelques années. Ces actions de réduction demeurent cependant à suivre, car ce sont des leviers d’amélioration importants en raison de leur haut pouvoir de réchauffement global.

Les données sont accessibles sur notre page "Données ouvertes de qualité de l'air"

Zone(s) concernée(s)
Auvergne - Rhône-Alpes