Suivi des pesticides dans l’air ambiant dans le secteur de nuciculture du sud-Grésivaudan (38) et le secteur urbain de Valence (26)

Partager :
suivi-des-pesticides.jpg
État :
Réalisé
Date de début de l'étude :
1 octobre 2015
Date de fin de l'étude :
31 mars 2016
Zone(s) concernée(s) :
CC du Pays du Grésivaudan
Isère
Rhône
Vallée du Rhône
Lieu(x) précis de l'étude :
Valence-Canton de Vinay (38)
Polluant(s) concerné(s) :
Pesticides
Catégorie :
Amélioration des connaissances, innovations et partenariats
Thématique(s) :
Activités agricoles
Partenaire(s) :

Agence Régionale de Santé (ARS) 

Contact(s) :
Mme
Sabrina Pontet
Objectifs

Compléter les mesures déjà réalisées depuis 2007 sur différents secteurs de la région Rhône-Alpes afin d’évaluer les niveaux de pesticides dans l’air dans deux nouveaux secteurs. Ces évaluations contribuent à améliorer les connaissances sur l’exposition des rhônalpins aux pesticides dans l’air. 

Ces deux secteurs géographiques ont par ailleurs déjà fait l’objet de mesures de pesticides dans l’air : 

  • Au niveau de l’agglomération de Valence, les mesures réalisées en 2008-2009 sur le site périurbain ont montré que ce secteur était sous l’influence des cultures environnantes de la vallée du Rhône avec un nombre important de substances quantifiées au moins une fois. 
     
  • Dans le Sud-Grésivaudan, l’étude réalisée durant l’été 2012 a permis d’évaluer la présence de phytosanitaires dans l’air liés aux épandages d’insecticides contre la mouche du brou de noix en proximité directe des cultures.                                                                       

Les mesures réalisées en 2014-2015 sur une période d’un an visent ainsi à évaluer les niveaux de pesticides dans l’air mesurés au niveau des zones d’habitation situées dans le secteur de cultures de noyers et au niveau du centre-ville de Valence afin de contribuer à améliorer les connaissances sur l’exposition des rhônalpins aux pesticides dans l’air.

 

Principaux résultats :

 

  • Sur le secteur urbain de Valence,  8 substances ont été mesurées dans l’air et 2 dans les retombées atmosphériques traduisant l’influence ponctuelle des différentes cultures environnantes de la vallée du Rhône dans des niveaux de concentrations très modérés. Les mesures effectuées au centre de Valence présentent des résultats inférieurs à ceux mesurés en zone péri-urbaine en 2008-2009.
     
  • Sur le secteur de noyers du Sud-Grésivaudan, 11 substances ont été quantifiées dans l’air et 3 dans les retombées atmosphériques. Les concentrations mesurées sont globalement faibles. L’influence des cultures de noyers dans le secteur est visible sur le site, avec notamment le thiaclopride, insecticide employé contre la mouche du brou. Toutefois, d’autres susbtances sont également présentes,  comme le  s-métolachlore(herbicide), traduisant l’influence des grandes cultures. 

L’analyse croisée des deux secteurs montre que le nombre de substances quantifiées et les niveaux mesurés dans l’air des deux secteurs en 2015 sont assez faibles. Plusieurs hypothèses peuvent expliquer ce constat : l’interdiction de plusieurs substances, une année 2015 peu favorable au développement des maladies fongiques et donc à l’utilisation des fongicides, la faible diversification des cultures sur le secteur du Sud-Grésivaudan.
L’omniprésence du s-métolachlore, herbicide de grandes cultures, se confirme.

Ces mesures marquent la fin du programme d’actions réalisé dans le cadre du Plan Régional Santé Environnement 2. Les prochains travaux seront orientés par les recommandations du groupe de travail de l’ANSES concernant la mise en place d’une surveillance nationale des pesticides dans l’air et par le Plan Régional Santé Environnement 3. Un travail d’amélioration de l’inventaire spatialisé des émissions de phytosanitaires dans l'air est également en cours sur l’ensemble de la région courant 2016.