05 décembre 2019
Partager :
Zone(s) concernée(s) Niveau Polluant(s)
Bassin Lyon Nord-Isère
Vigilance orange
Particules PM10
Bassin stéphanois (PPA)
Vigilance jaune
Particules PM10
Ouest Ain
Vigilance orange
Particules PM10
Vallee de l'Arve (PPA)
Vigilance jaune
Particules PM10
Vallée du Rhône
Vigilance orange
Particules PM10

Les concentrations de particules sont en augmentation sur la région depuis mardi soir en raison d'émissions importantes de polluants atmosphériques et de conditions météorologiques très stables qui devraient perdurer jusqu'à ce week-end. Le seuil d'information a déjà été franchi sur le bassin lyonnais Nord-Isère mercredi 4 décembre. Une vigilance orange est activée sur la vallée du Rhône, le bassin lyonnais Nord-Isère et l'ouest de l'Ain en raison d'un risque de dépassement du seuil d'information jeudi 5 décembre et vendredi 6 décembre. Une vigilance jaune est maintenue sur le bassin stéphanois en raison d'un risque de dépassement vendredi 6 décembre. Enfin, une vigilance jaune est activée ce jour sur la vallée de l'Arve en raison d'un risque de dépassement vendredi 6 décembre. Aucune amélioration n'est prévue samedi 7 décembre sauf sur l'ouest de l'Ain et le bassin stéphanois. Pour la suite, Météo-France laisse entrevoir une amélioration pour la qualité de l'air, avec l'arrivée d'une perturbation pluvieuse en fin de week-end ou début de semaine prochaine. Merci de consulter la préfecture de votre département pour connaitre les recommandations à suivre et les éventuelles actions obligatoires de réduction des émissions. Prochain bulletin demain 6 décembre 2019 à 13h30.

Recommandations sanitaires et comportementales

Se protéger pour limiter mon exposition

 

A noter : au delà des effets à court terme lors des épisodes de pollution, les principaux impacts de la pollution de l’air sur la santé sont liés à l’exposition continue, tout au long de la vie.

 

Populations vulnérables : femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes souffrante pathologies cardiovasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires, personnes asthmatiques.

Populations sensibles : personnes se reconnaissant comme sensibles  lors des pics de pollution et/ou dont les symptômes apparaissent ou sont amplifiés lors des pics (par exemple : personnes diabétiques, personnes immunodéprimées, personnes souffrant d’affections neurologiques ou à risque cardiaque, respiratoire, infectieux).

bulletin_v3_estiv_a1-a2.png

 

Agir pour limiter mes émissions

bulletin_v3_estiv_a1-a2_.png