Etude sur l’acceptabilité des Zones d’Action Prioritaire pour l’amélioration de la qualité de l’air

Partager :
Etudes
12 août 2016

En partenariat avec l’IFFSTAR (département AME : Aménagement, Mobilités et Environnement), Air Rhône-Alpes a participé à des travaux de recherche sur l’acceptabilité d’une mesure de type ZAPA (Zone d’Actions Prioritaires pour l’Air) sur une zone limitée de l’agglomération lyonnaise (Lyon et Villeurbanne intra-périphérique). Cette mesure repose sur le principe d’interdire l’accès d’une zone délimitée d’une ville, aux véhicules les plus polluants. Elle a pour objectif de réduire la pollution atmosphérique dans le respect des valeurs limites de la réglementation européenne, principalement celles relatives au dioxyde d’azote et aux particules.

Cette étude a consisté, à partir d’une enquête, à identifier les différents facteurs psychologiques et socio-économiques qui jouent un rôle dans l’acceptabilité d’une telle mesure. Son originalité réside dans le fait qu’elle comporte à la fois une démarche en psychologie (relative aux attitudes et comportements) en et une démarche en économie, avec la présentation de scénarios (relatifs aux mesures compensatoires en termes de coûts/bénéfices pour les résidents, et à l’arbitrage entre efficacité environnementale et équité).

La participation d’Air Rhône-Alpes a consisté en l’analyse de l’exposition à la pollution atmosphérique des personnes sondées selon leur lieu de résidence et une comparaison de cette exposition avec leur perception de la qualité de l’air. Un couplage avec l’exposition au bruit a également été réalisé.