Qualité de l'air dans le métro lyonnais - station Saxe-Gambetta

 

photo_head_sytral_.jpg

 

Suivi permanent et continu des particules fines "PM10" et des particules très fines "PM2.5"

ACTUALITES

Mercredi 30 juin 2021 : le matériel est actuellement utilisé pour évaluer les niveaux dans la station « Vieux Lyon » lors d’une campagne d’étude qui durera 3 à 4 semaines : il n’y a donc plus de mesures disponibles pour Saxe-Gambetta depuis ce jour. Nous vous tiendrons informés de la date de reprise des mesures à Saxe-Gambetta dès qu’elle sera définie. 

Merci pour votre compréhension.

Lundi 8 février 2021 : l’étude réalisée dans la station « Vieux Lyon » est terminée. Le matériel a donc été réinstallé dans la station de « Saxe Gambetta » et les résultats des mesures sont de nouveau disponibles depuis ce jeudi 4 février. N’hésitez pas à vous servir du menu en haut à droite du graphique (3 tirets) pour visualiser les données en pleine page mais également pour les télécharger.

Merci pour votre compréhension.

Quelle réglementation ?

La qualité de l’air dans les enceintes ferroviaires souterraines (EFS) où circulent les trains de voyageurs n’est pas réglementée à l’instar d’autres établissements recevant du public (ERP). Toute la réglementation liée à l’air ambiant (air extérieur) ne s’applique pas non plus dans les EFS.

Seules des valeurs de référence pour les particules PM10 et destinées aux usagers des transports, ont été définies par le CSHPF (Conseil Supérieur d’Hygiène Public de France) lors de plusieurs avis sur le sujet entre 2000 et 2001. Ces valeurs sont déterminées pour une année en fonction des durées quotidiennes de séjour dans les EFS et dépendent aussi de la concentration extérieure (sur une année complète). Ces valeurs sont actuellement indicatives mais peuvent cependant servir à situer les résultats. Voici les valeurs indicatives calculées pour l’année 2019.

Valeurs guides 

Temps de présence dans le métro

30 minutes

1 heure

Valeurs guide en PM10 (2020) 755 µg/m3 395 µg/m3

Valeurs guide en PM10 (2019)

708 µg/m3

372 µg/m3

Valeurs guides de qualité de l’air dans les enceintes ferroviaires souterraines. Méthodologie du Conseil Supérieur d’Hygiène Public de France.  

 

Partenariat avec le SYTRAL/TCL

Atmo Auvergne-Rhône-Alpes remercie le SYTRAL pour sa sollicitation de partenariat et son soutien financier qui nous ont permis d’ajouter à nos activités un nouveau volet de surveillance de la qualité de l’air et d’information de l’exposition de la population.
 

Foire aux questions

 

Outre les gaz, l'atmosphère contient des matières en suspension représentant un mélange complexe de substances chimiques que l'on regroupe sous le terme général de "particules en suspension". Elles sont souvent désignées par l'abréviation « PM » qui provient de l'anglais "Particulate Matter". On distingue deux granulométries de particules :

  • Les PM10 : particules fines, avec un diamètre moyen max de 10 micromètres. Elles sont dites « respirables » et peuvent pénétrer dans les bronches
  • Les PM2,5 : particules très fines, avec un diamètre moyen max de 2,5 micromètres. Elles sont incapables de se déposer au sol sous l'effet de la gravitation donc peuvent parcourir des distances plus importantes sous l'action des vents. Plus petites que les PM10, elles peuvent pénétrer dans les alvéoles pulmonaires

Les PM2.5 font partie des PM10 et en représentent donc une partie : c'est pourquoi les mesures de PM10 sont toujours supérieures à celles des PM2.5 car les particules dans les PM10 sont plus nombreuses et sont aussi plus grosses et donc plus lourdes.
 

 

Dans les Enceintes Ferroviaires Souterraines (EFS), les sources de particules suspectées sont issues de l'abrasion des pneus, des freins et des rails (usure des matériaux), de la remise en suspension des particules par le passage à grande vitesse des rames dans les tunnels, du déplacement des usagers. La qualité de l'air extérieure peut aussi influencer l’intérieur des EFS.

 

L'analyseur mis en place pour mesurer les particules PM10 et PM2,5 est un appareil automatique TEOM 1405F de la marque THERMO SCIENTIFIC qui est certifié par le TÜV. Il fonctionne selon la méthode de référence car il est capable de peser des poussières collectées sur un filtre après aspiration d'un volume connu d'air et affiche en résultat une concentration en microgrammes de particules par mètre cube d’air (µg/m3). Il n'est pas équipé d'un module FDMS car la fraction volatile des particules dans les EFS est négligeable. Il mesure en continu 24h/24 et 7j/7 et peut produire des données chaque heure. Il est très précis et dispose d'une incertitude comprise entre 1 et 2 µg/m3.

 

L'installation de mesures de la qualité de l'air dans une station de métro de l'agglomération lyonnaise est conforme au projet de protocole de l'’INERIS visant une approche nationale commune. Cette surveillance va même au-delà des préconisations puisque la mesure des particules est installée de manière pérenne dans la station Saxe-Gambetta, alors que le protocole recommande des mesures ponctuelles de 15 jours par an.

Au préalable à l’installation et conformément au protocole national, des mesures de PM ont été effectuées sur l’ensemble des stations de métro : le choix s'est fait parmi les stations pouvant être matériellement équipées, comptant une fréquentation d'usagers et des niveaux de particules représentatives. C’est la station de Saxe-Gambetta qui a pu réunir au mieux ces 3 critères.

La surveillance de la qualité de l’air dans le métro sera complétée annuellement et toujours selon le projet de protocole de l'INERIS, par des campagnes ponctuelles de mesures des particules dans d'autres stations de métro, mais aussi avec une série d’analyses de différents métaux.