Les français inquiets mais mobilisés pour réduire la pollution de l'air

Visuel
Climat-Marche-Citoyens-Mains-Pancarte

Publié le 2 janvier 2023

Contenu

La perception d'une qualité de l'air qui se dégrade

Contenu

L'ADEME vient de publier son 9ème baromètre sur les attitudes de français à l'égard de la qualité de l'air et de l'énergie. La qualité de l'air reste une préoccupation importante et le sentiment de dégradation est plus marqué. Pour autant, les français sont prêts à s'engager et approuvent les mesures pour réduire la pollution. Il s'agit en particulier des mesures liées à la mobilité. A noter cependant que la question de la pollution liée au chauffage au bois non performant reste encore sous-estimée par les sondés. 
Ce sondage a été réalisé par l'institut Opinion Way auprès d’un échantillon de plus de 1000 personnes, représentatif de la population française de plus de 18 ans, via un questionnaire en ligne entre le 13 et le 22 septembre 2022.

Titre
Les chiffres clés à retenir

Chiffres
36
Texte
36 % des sondés jugent que la qualité de l'air est mauvaise en France
70
Texte
70 % des sondés estiment que la pollution de l'air est due au trafic routier.
90
Texte
90 % des français plebiscitent les mesures liées à la mobilité : gratuité des transports en commun pendant les pics de pollution, développement des transports collectifs et de la marche à pied.

Titre
Focus sur 3 enseignements de ce baromètre

La circulation routière (70%, +2 pts) et les activités industrielles (58%, +1 pt) demeurent en tête des sources de pollution de l’air identifiées par les Français. Moins d’un quart d’entre eux pointe du doigt les activités agricoles (23%, -3 pts), quand 10% seulement incriminent la combustion des déchets verts et le chauffage au bois domestique (stable). 

La qualité de l'air intérieur est aussi une source d'inquiétude pour les français. Parmi les lieux clos cités comme étant pollués, il faut noter que les transports collectifs, les crèches et les écoles sont classés avant le logement. 
Les efforts des Français pour améliorer la qualité de l’air dans leur logement par des gestes simples repartent à la hausse cette année. C'est l'aération qui reste le geste quotidien le plus pratiqué. 
 

L’usage du chauffage au bois est en baisse de 4 points par rapport au précédent baromètre. Seul 30% des Français déclarent y avoir recours. L'augmentation du coût de l'énergie a sans doute réduit l'utilisation du chauffage au bois comme moyen d'agrément. 
Dans l’ensemble, les Français ont peu conscience de l’impact du chauffage au bois sur la qualité de l’air. 67 % des utilisateurs déclarent ne pas savoir qu'un chauffage au bois non performant pollue l'air.