Mon jardin

fotolia_73695228_m.jpg
Partager :

Bien qu’interdit, le brûlage des végétaux reste une activité largement pratiquée qui contribue à la dégradation de la qualité de l'air.
Cette activité participe aux émissions de plusieurs polluants notamment les particules fines et certains composés cancérigènes. La pollution engendrée par ces feux peut notamment avoir un fort impact sur la santé des personnes directement exposées.

 

Par exemple, brûler 50 kg de végétaux émet autant de particules qu’une voiture à moteur Diesel récente qui parcourt 13 000 km !

 

Le brûlage à l'air libre est interdit.

Des arrêtés préfectoraux spécifiques à chaque département existent, renseignez-vous auprès de votre Préfecture ou de votre mairie. En cas de non respect, une contravention de 450 euros peut-être appliquée (article 131-13 du nouveau code pénal).

Des solutions existent, renseignez-vous !

Actions pour les déchets végétaux (campagne de l'air)

Barbecue : cuisson électrique ou au gaz recommandée

Les barbecues au charbon de bois, bien que très répandus (environ 60 % des ventes en France), émettent un mélange de substances polluantes pour l’air et pouvant occasionner des effets sur notre santé : particules fines, dioxyde de carbone, monoxyde de carbone, oxydes d’azote, composés organiques volatils, HAP…

Les barbecues à gaz ont l’avantage d’offrir une combustion plus propre que celle de leurs homologues qui fonctionnent au charbon, en plus de provoquer moins de déchets.

Un barbecue à gaz émet 500 fois mois de PM10 et 100 000 fois mois de B(a)P qu’un barbecue au charbon de bois.

Très facile d’utilisation, le barbecue électrique a également l’avantage de ne pas générer de flammes. Avec un mode de cuisson exempt de toute émission polluante directe, les barbecues électriques observent un avantage majeur en termes de qualité de l’air.