Mon jardin

Visuel
Mon jardin
Contenu

Constat

Contenu

Savez-vous que vos activités extérieures dans votre jardin peuvent avoir un impact sur la qualité de l’air ? Par exemple, le brûlage des végétaux, méthode encore largement pratiquée aujourd’hui, contribue à la dégradation de la qualité de l'air. Pourtant, la pollution engendrée par ces feux peut notamment avoir un fort impact sur la santé des personnes directement exposées.

Brûler des déchets végétaux participe aux émissions de plusieurs polluants cancérigènes : particules, hydrocarbures polycycliques, dioxine et furane.
 

Emissions de particules fines

 

Par ailleurs, cette pratique constitue une gêne pour le voisinage et peut déclencher un incendie. C’est pourquoi des arrêtés préfectoraux spécifiques à chaque département existent, renseignez-vous auprès de votre Préfecture ou de votre mairie.
En cas de non-respect, une contravention de 750 euros peut être appliquée Décret n° 2020-1573.

Solutions

Contenu

Quelles sont les alternatives au brûlage ?
Des solutions respectueuses de la qualité de l’air, individuelles ou collectives, existent : compostage, paillage, broyage, collecte en déchetterie. Contrairement à une idée reçue, l’apport en déchetterie est en effet largement préférable à une combustion à l’air libre pour la qualité de l’air !

Pour en savoir plus, consultez la brochure de la DREAL Auvergne-Rhône-Alpes

Compostage : Tous les déchets organiques de cuisine, de jardin et de maison sont compostables. S’ils ne sont pas utilisés pour le paillage, tontes de gazon, feuilles, tailles de haies, fleurs fanées, mauvaises herbes, écorces de bois, etc, ils peuvent être utilisés dans le compost. Vous pouvez acheter un bac à compost ou simplement faire un tas au fond du jardin. Une fois arrivé à maturité le compost permet de fertiliser la terre de votre potager, de vos massifs, vos plantes vivaces, pour l’entretien de votre pelouse… En outre, grâce au compostage, vous en aurez terminé avec les engrais chimiques.

Broyage et paillage : Petits et gros branchages broyés constituent un excellent paillis pour le jardin et le potager.
Le paillage conserve l’humidité des sols et évite la pousse des mauvaises herbes. La tonte mulching, elle permet de laisser l’herbe finement coupée sur place.

Déchetterie : Les habitants d'Auvergne-Rhône-Alpes ont accès à plus de 580 déchetteries réparties sur toute la région.

Pour trouver la déchetterie la plus proche de chez vous consultez ce site

Titre
Bon à savoir
Texte

Le saviez-vous ? Chaque Français génère environ 160 kg de déchets verts par an. Alors qu’il est interdit de les brûler dans le jardin, 9 % d’entre eux continuent à s’en débarrasser ainsi.
Source : Agence de la Transition Ecologique.

Adopter le bon réflexe

Contenu

Parce que chaque action compte, adoptons l'Air attitude ! Contribuez à améliorer la qualité de l’air en participant ou en proposant des actions pour améliorer celle-ci. Si vous aussi, vous agissez au quotidien pour améliorer la qualité de l’air n’hésitez pas à marquer votre engagement. Voici ci-dessous des actions pour lesquelles vous engagez avec d’autres citoyens ! Vous pourrez ainsi connaître l’impact de vos actions à titre individuel mais aussi au niveau collectif

Pour aller plus loin

Contenu

.

Utilisés pour détruire les plantes nuisibles et pour protéger les plantes cultivées et les récoltes, les pesticides sont épandus à grande échelle dans l'environnement. Ils se retrouvent dans les sols mais aussi dans l’air. Les concentrations de pesticides dans l’air les plus importantes sont observées en milieu rural et pendant les périodes de traitement. Le recours aux pesticides n'est pas une nécessité, a fortiori lorsqu'on est un particulier.

Ces substances sont dangereuses pour notre santé et pour notre environnement. Aussi, leur vente est interdite aux particuliers depuis le 1er janvier 2019.

Le saviez-vous ? La vente, la détention et l'utilisation des pesticides sont interdites pour les jardiniers amateurs et les professionnels non agréés. Le non-respect de ces obligations constitue un délit et peut être sanctionné par de lourdes peines : six mois d'emprisonnement et 150 000 € d'amende

“Un barbecue au charbon de bois émet 500 fois plus de PM10 et 100 000 fois plus de B(a)P qu’un barbecue au gaz.”
Les barbecues au charbon de bois sont encore très répandus (environ 60 % des ventes en France), et émettent un mélange de substances polluantes pour l’air pouvant occasionner des effets sur notre santé : particules fines, dioxyde de carbone, monoxyde de carbone, oxydes d’azote, composés organiques volatils, HAP…
Leur utilisation doit se faire impérativement dans un lieu bien aéré et ventilé sous peine d’accumuler, entre autres, du monoxyde de carbone, gaz nocif inodore et incolore potentiellement mortel.

 

barbecues

Les barbecues à gaz ont l’avantage d’offrir une combustion plus propre que celle de leurs homologues qui fonctionnent au charbon. Ils génèrent en outre moins de déchets.

Très facile d’utilisation, le barbecue électrique est une autre alternative et a également l’avantage de ne pas générer de flammes. Avec un mode de cuisson exempt de toute émission polluante directe, les barbecues électriques ont un avantage majeur en termes de qualité de l’air. Pour autant, ces appareils électriques présentent à l’inverse le défaut d’être souvent de grands consommateurs d’énergie.

Pour les puristes du charbon de bois : Choisissez du charbon 100% naturel, évitant ainsi les additifs contenus dans les briquettes.
Evitez autant que possible les allume-feu chimiques à base de pétrole qui contiennent des composés organiques volatils. Préférez donc les allume-feu électriques ou l’allumage à l’aide de branchages ou de la laine de bois…
N’utilisez pas de bois de récupération qui a été traité ou peint, car sa combustion peut libérer des substances très toxiques !
Assurez-vous que votre barbecue ne soit pas trop près de la maison, car la fumée peut facilement entrer par les portes et les fenêtres et dégrader la qualité de l’air intérieur de votre logement
 

Certains végétaux produisent des pollens allergisants, comme les cyprès, le noisetier, l’aulne, le saule, le frêne, le bouleau, les graminées des pelouses... Limiter leur prolifération permet de faire baisser les risques allergiques.

Titre
Articles qui pourraient vous intéresser