Les bons gestes

Visuel
Bons gestes
Contenu

Contexte

Contenu

Depuis le 1er janvier 2021 un nouvel indice de qualité de l’air est en vigueur dans toute la France. Il permet de mieux appréhender la pollution dans toute sa diversité, et répond davantage aux attentes des citoyens qui souhaitent une information localisée et contextualisée leur permettant d’adapter leur comportement et de préserver leur santé lors des journées très polluées.

Cet indice est défini par l’Etat en concertation avec les AASQA. Ses modalités sont précisées dans un arrêté ministériel.

L’indice Atmo se compose de 6 couleurs et qualificatifs.

Chaque niveau d’indice sont associés
 

Indice atmo


 

Les bons gestes à adopter selon l’indice du jour

Contenu

Des bons gestes sont associés à chaque niveau d’indice mais aussi en fonction de la population. En effet, les personnes âgées, les enfants et les personnes souffrant de pathologies cardiaques ou respiratoires sont plus à risques que le reste de la population. Par ailleurs, les sportifs inhalent plus d’air lors de leurs pratiques physiques. Aussi, il est important de restant vigilant à la qualité de l’air extérieure avant ses sorties.

recommandations sanitaires


Ces bons gestes sont issus des messages comportementaux définis par le Haut Conseil de Santé Publique (HCSP).

Titre
Pour en savoir plus

Indice atmo explications

Abonnez-vous au bulletin quotidien pour recevoir chaque jour l’indice de votre commune.

Vous pouvez également mettre des communes en favoris afin de retrouver plus facilement l’information lors de vos consultations sur notre site Internet.

Enfin, vous pouvez télécharger notre application smartphone Air to Go.

Nous vous proposons un widget et une API pour diffuser l’indice de votre commune sur votre site Internet.

Le nouvel indice Atmo est un indice journalier constituant une représentation simplifiée de la qualité de l’air quotidienne en situation « de fond », c’est-à-dire éloigné des sources spécifiques de pollution comme les axes de trafic routier, par exemple. Mais la pollution dite de “fond”, à laquelle personne n’échappe, est bien la résultante des émissions de pollution de toutes les sources présentes sur un territoire, y compris celles du trafic routier. Les polluants se déplacent en effet au grès des vents. Simplement, en bordure immédiate des voiries, cette pollution liée au trafic routier se traduit par une surexposition non prise en compte par l’indice Atmo car non représentative de l’exposition générale de la population. Toutefois, cette pollution de proximité est évidemment évaluée, via des mesures ou des modèles numériques permettant d’estimer les concentrations de polluants à l’échelle de la rue; et elle est accessible sur notre site web (cartes quotidiennes, zoom possible sur plusieurs agglomérations + mesures aux stations).

Cet indice est calculé par les Associations agréées de surveillance de la qualité de l’air, à partir de leurs données d’observation issues des stations de fond1 de surveillance de la qualité l’air, ou de modélisation intégrant de nombreuses données d’entrée dont des données mesurées aux stations, des données météorologiques, des données régionales d'inventaire des émissions des polluants atmosphériques et de données issues de plateformes externes de prévision de la qualité de l’air.

Il est calculé sur la base des maximums par zone, par souci de simplification et de transparence. Les modalités de calcul de cet indice sont précisées dans l’arrêté du 10 juillet 2020 relatif à l'indice de la qualité de l'air ambiant.

1Une station de fond est une station relativement éloignée de toute source de pollution proche, par opposition à une station de proximité. Cette station de fond ne subit donc pas les impacts immédiats d'une source de pollution, et permet au contraire de mesurer un air moyen, un air « de fond », dans le secteur concerné. Une station de proximité (trafic, industrielle) est située à proximité plus ou moins grande de la source émettrice qu'elle est censée mesurer.