Evaluation de la qualité de l'air sur le secteur d'INSPIRA (38)

Visuel
Sablons - Inspira

Publié le 19 septembre 2022

Contenu
Contenu

Dans le cadre de ses missions, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes est amené à nouer des partenariats avec différentes entités de la région, pour répondre à des missions plus spécifiques. C’est le cas notamment avec le syndicat mixte de la ZIP de Salaise-Sablons, que l’observatoire accompagne depuis 2019. En effet, une première convention signée le 17 septembre 2019, a été conclue entre Atmo Auvergne-Rhône-Alpes et INSPIRA. Elle a pour objet le suivi de qualité de l’air et des odeurs sur l’espace multimodal Inspira, situé sur la zone industrialo-portuaire de Salaise-Sablons dans le Nord-Isère. Ce partenariat a été prolongé en 2021 jusqu’à décembre 2023.

Depuis plus de trois ans, Atmo Auvergne-Rhône Alpes a ainsi mis en place un dispositif innovant de suivi et d’analyse, constitué de différents moyens de surveillance au sein et autour du périmètre d’INSPIRA.

Le contexte et les enjeux du partenariat INSPIRA

Contenu

En amont de l'implantation de sociétés sur sa zone d'activités, INSPIRA – Espace Industriel Responsable et Multimodal a souhaité mettre en place une politique environnementale exigeante, dont l'un des axes consiste à : réduire l’impact des activités sur les milieux naturels et prévenir toute pollution.

Les principaux enjeux de cette politique reposent sur :

  1. Affiner la caractérisation de l’état initial avant l’implantation des sociétés sur la zone INSPIRA ;
  2. Réaliser un suivi des polluants représentatifs de la zone d’étude ;
  3. Mettre en place et alimenter la base de données locales de surveillance de la qualité de l’air ;
  4. Contribuer à l’amélioration des connaissances locales de la qualité de l’air ;
  5. Renforcer la communication auprès de la population ;
  6. Contribuer à alimenter le Suivi Environnemental Global du Pays Roussillonnais.

Sur la base de ces différents enjeux environnementaux clairement identifiés, il semblait naturel qu'Atmo Auvergne-Rhône-Alpes puisse apporter son expertise sur les différentes ambitions portées par INSPIRA pour effectuer une mise à jour de l'état de la qualité de l'air et accompagner le suivi des odeurs sur son territoire d'influence.

Les différents moyens de mesures utilisés pour la surveillance de la qualité de l’air sur l’espace INSPIRA

Contenu

Étant donné les enjeux, le dispositif mis en place dans le cadre de ce partenariat est relativement conséquent et diversifié pour permettre une évaluation complète de la qualité de l’air sur ce secteur. L’exhaustivité des moyens utilisés est notamment corrélée avec les nombreux polluants à investiguer dans le cadre la convention (qui comprend des polluants réglementés en air ambiant ou non) : 

  • Dioxyde d’azote (NO2) et monoxyde d’azote
  • Particules PM10 et PM2,5
  • Composés Organiques Volatils (COV) : benzène, toluène, éthylbenzène, dichlorométhane, trichloréthylène, …
  • Aldéhydes (formaldéhyde, acétaldéhyde, acroléine, …)
  • Phénol
  • Dioxines et métaux lourds en retombées
  • Dioxines et métaux lourds en air ambiant
  • Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP) en retombées
  • Mercure gazeux (en sur 2019-2020)

Pour ce faire, les mesures sont effectuées de deux façons :

  • en automatique : c’est-à-dire que les données sont remontées directement dans les systèmes de l’observatoire ;
  • en différé : les mesures sont obtenues après une analyse et traitement en laboratoire.
  • Analyseurs automatiques : Les analyseurs automatiques produisent des données ¼ horaires en continu, qui sont rapatriées sur le poste central d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes. Les analyseurs sont disposés dans un moyen mobile (ou remorque laboratoire) climatisé. 

Ce type de mesures concerne les oxydes d’azote et les particules PM10 et PM2,5 sur le site SUD, les particules PM10 sur le site DIOX-ML051, le benzène, le toluène et le mercure sur le site Maison de Projet. Un analyseur d’ozone a été ajouté également sur le site SUD INSPIRA.

  • Microcapteurs : ils fournissent des données ¼ horaires en direct. Ils fonctionnent sur panneau solaire. Il s’agit d’une technologie récente. Ces dispositifs permettent ainsi de disposer de mesures dynamiques indicatives mais s’inscrivent toujours dans une démarche d’innovation. Ce type de mesures est utilisé pour les particules PM10 et PM2,5.
  • Tubes à diffusion passive : ils sont exposés sur site pendant une durée d’une à deux semaines selon le polluant. Ils sont ensuite analysés en différé en laboratoire et fournissent une concentration moyenne sur la période d’exposition. Ce type de mesures concerne le NO2, les COV, les aldéhydes et le phénol. Ce type de moyen de mesures plus léger qu’un analyseur automatique permet de multiplier les points de mesures pour améliorer les connaissances sur la répartition spatiale des polluants.  
  • Préleveurs d’air : ces appareils permettent de prélever l’air et de piéger les polluants sur un support (filtre et/ou mousse), ensuite analysé en laboratoire. La durée des prélèvements est de 3,5 jours à une semaine. Le résultat fourni est une concentration moyenne sur la période d’exposition. Ce type de mesures est utilisé pour les dioxines et métaux lourds.
  • Jauges de retombées : elles sont exposées sur site durant 2 mois, puis l’analyse des retombées a lieu en différé en laboratoire. Ce type de mesures est mis en œuvre pour les HAP, les métaux lourds et les dioxines.

Premières campagnes et premiers résultats

Contenu

En 2019, une première campagne d'évaluation a été menée durant 30 jours sur le quatrième trimestre. Elle a été suivie par des campagnes dites "réglementaires" sur l'année 2020, car elles permettent une évaluation annuelle des concentrations de polluants comparables aux valeurs réglementaires, avec :

  • 4 campagnes de 15 jours, réparties dans l'année.
  • 1 moyen mobile en continu au sud de la zone.

Au terme de ce bilan, les éléments suivants ont pu être conclus :  

  • Les mesures de NO2 mettent en évidence des niveaux plus élevés en proximité des axes routiers et particulièrement le long de la nationale 7. En proximité de cet axe, les niveaux sont proches de la valeur limite annuelle.
  • Les mesures de PM10 et PM2,5 montrent des niveaux relativement homogènes avec la station A7 Salaise-Ouest. Les valeurs réglementaires annuelles sont respectées. 
  • Les mesures de COV montrent des niveaux globalement plus élevés au nord de la zone étudiée (Salaise-sur-Sanne, Péage-de-Roussillon). L’analyse des données en continu et la répartition spatiale des concentrations montrent que le nord de la zone INSPIRA est impacté par différentes sources de benzène et toluène : une source probable de toluène et benzène au nord nord-ouest, une source de benzène au nord-est. Sur un site, au nord-est de la plateforme, la concentration de benzène dépasse l’objectif de qualité.  

Cet état des lieux très complet permettra de suivre l’évolution des niveaux dans les années à venir. Il fait apparaître que le secteur est sensible notamment au dioxyde d’azote en proximité de la nationale 7 et présente des concentrations de benzène et toluène sur le nord de la plateforme qui peuvent ponctuellement dépasser l’objectif de qualité 

Il est toutefois important de souligner que cet état des lieux s’est inscrit dans le contexte particulier de l’année 2020, avec une forte réduction d’activité et de trafic routier, liée à la pandémie de COVID19.

Titre
Partenariat INSPIRA - Mesures réalisées

rapport_final_qa_inspira_2019-2020_vf.pdf
Image par défaut document
pdf - 11 août 2022 - 3.40 MB
Titre
Partenariat INSPIRA - Mesures réalisées de mi 2019 à fin 2020
bouton d'actions
BilanQA2021_INSPIRA_VF.pdf
Image par défaut document
pdf - - 1.35 MB
Titre
Bilan qualité de l'air 2021 - INSPIRA
bouton d'actions

Poursuite des mesures et le suivi de la qualité de l’air en direct

Contenu

Après la première évaluation complète, un dispositif réduit avec une seule station de mesure en continu a perduré depuis 2021. Initialement, au sein de la zone INSPIRA, au niveau de la maison de projet, ce site a été déplacé début juillet 2022 sur la commune de Chanas. Cette station en continu a pour objectif d’évaluer la qualité de l’air au sud de la zone INSPIRA, proche des populations. Elle complète le réseau de mesure existant d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes du Pays Roussillonnais.

Les mesures automatiques de ce site sont en ligne et consultables sur notre site (nom du site : Sud INSPIRA Chanas). 

Les données issues autres dispositifs ont été collectées et analysées par les équipes d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes dans des publications (voir plus bas dans les documents). En 2022, un nouvel état des lieux complet est en cours pour actualiser les mesures réalisées en 2020.  

Enfin, depuis l’automne 2021, la qualité de l’air d’INSPIRA est affichée sur un panneau lumineux. 

Titre
Les modes de surveillance et d'information sur le périmètre d'INSPIRA en images

Titre
Découvrir en détails les travaux d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes dans le cadre du partenariat avec INSPIRA

Contenus

Publication

Evaluation de la qualité de l’air dans le secteur de la plateforme INSPIRA

Le projet INSPIRA consiste à étendre la zone industrialo-portuaire de Salaise…
En savoir plus