Evaluation des effets de la mise en place du tram E sur la qualité de l’air de l’agglomération grenobloise

Partager :
Etudes
09 décembre 2020

La mise en service du tram E en 2014, reliant Grenoble au Fontanil Cornillon, a permis d’améliorer l’accèspar le nord à l’agglomération grenobloise en transports collectifs.
La mise en place de cette ligne s’est inscrite dans le cadre d’un nouveau dispositif «le contrat d’axe» dont le but est de favoriser une meilleure articulation entre les transports en commun et l’urbanisation, grâce à des objectifs de création de logement dans l'aire d'influence du tram. Ce dispositif, a permis également d’effectuer un suivi «avant/après» des impacts de la ligne E sur l’environnement et notamment sur la qualité de l’air. Ce suivi alimente le bilan Loti1dont l’un des l’objectifs est d’évaluer l’évolution de l’impact des déplacements sur l’environnement et la santé publique sur une période qui part de la situation avant travaux et va jusqu’à quelques années après la mise en service du tram.

Dans ce contexte, une démarche d’évaluation a été mise en oeuvre par Atmo Auvergne-Rhône-Alpes en partenariat avec le SMMAG (maitre d’ouvrage) et l’AURG. Des campagnes de mesures de qualité de l’air ont été réalisées «avant» (2011)et «après» (2019) la mise en service du tram E. La situation «avant» de la ligne E a fait l’objet d’un bilan déjà établi.

La présente étude a pour objet d’établir la situation «après» de la ligne. Cependant, il est difficile de distinguer l’effet spécifique de la ligne E sur la qualité de l’air sur la base exclusive d’une analyse des données de mesures . En effet d’autres facteurs non liés au tramway tels que la météorologie (avec des années plus ou moins favorables à la dispersion des polluants), l’évolution du parc de véhicules, le nouveau plan de circulation lié à «coeur de ville, coeur de métropole» influencent la qualité de l’air.
De ce fait, une modélisation qui permet d’isoler l’effet spécifique de la mise en place de la ligne E grâce à la comparaison pour une même année (2018) d’un scénario «avec tram E» et «sanstram E» a été réalisée. Cette modélisation permet en outre d'estimer l'évolution du nombre de personnes exposées à une mauvaise qualité de l'air en intégrant les constructions de logements réalisées à proximité du tram dans le cadre du contrat d'axe.