Transferts de dioxines,furanes et polychlorobiphényles (PCB) entre le sol et l’atmosphère

Partager :
Etudes
10 mars 2015

Certains polluants organiques persistants (POP) et notamment les dioxines (PCDD), furanes (PCDF) et polychlorobiphényles (PCB) ont, en plus de leur persistance importante et de leur toxicité avérée, la capacité de migrer d’un compartiment de l’environnement à un autre. Ces composés présents dans les sols pourraient constituer une source d’émission secondaire pour l’air, soit par volatilisation de la fraction gazeuse, soit par remise en suspension de la fraction particulaire.

Afin de mieux caractériser les conditions favorisant l’envol et la diffusion dans l’atmosphère des dioxines, furanes et PCB, Air Rhône-Alpes et le Laboratoire de Chimie Moléculaire et Environnement de l’Université de Savoie (LCME) se sont associés pour mener une étude expérimentale de caractérisation de ces transferts.

L’objectif de cette étude est de déterminer dans quelle mesure le sol peut constituer une source secondaire d’émissions atmosphériques pour ces composés, ce qui pourrait conduire à terme à introduire une nouvelle variable (facteur d’émission du sol) dans l’établissement des cadastres d’émission et permettre une amélioration de leur modélisation dans l'air.

Ainsi, un dispositif original de mesures, développé par le LCME, a été déployé entre octobre et décembre 2013, sur un site expérimental présentant des concentrations en PCDD/F et PCB supérieures à celles observées habituellement.

Cette étude est une première étape dans la prise en compte du rôle du sol dans le devenir des dioxines, furanes et PCB dans l’environnement.