Amélioration des connaissances sur la répartition spatiale et temporelle des émissions d’ammoniac

Partager :
Etudes
21 juin 2017

La région Rhône-Alpes est régulièrement touchée par des épisodes de pollution aux particules, notamment en fin d’hiver/début de printemps. Lors de ces épisodes, le nitrate d’ammonium formé notamment à partir des émissions agricoles d’ammoniac et des oxydes d’azote émis majoritairement par le trafic routier représente une part importante des particules PM10.

Dans ce contexte, des mesures de terrain d’ammoniac (NH3) et d’ammonium (NH4+) sont mises en œuvre sur la région. Toutefois, il importe également d’améliorer la prévision  opérationnelle  des  concentrations  de PM10 par les  modèles de qualité de  l’air. La  modulation temporelle de la quantification des  émissions d’ammoniac représente un enjeu important pour cette amélioration.

En Auvergne-Rhône-Alpes, comme sur le reste du territoire national, les émissions d’ammoniac sont très majoritairement dues au secteur agricole (95%).  L’objectif de ce travail est donc :

  • de recueillir les  informations  disponibles  en  termes  de  répartition  temporelle annuelle  pour  les postes d’émissions les plus contributeurs en fonction des pratiques agricoles régionales et de les intégrer dans le modèle,
  • de tester l’impact de ces nouveaux profils sur la modélisation.