Bilan de l'épisode de pollution atmosphérique du 29 juillet au 2 août 2020

Partager :
Bilan Air
03 novembre 2020

Dès le 19 juillet, les températures ont été relativement élevées sur la Région (dépassant quotidiennement les 35°C) et associées à un ensoleillement conséquent, conditions très favorables à photochimie et donc à la formation d’ozone. Le 28 juillet, le seuil d’information pour les personnes sensibles fixé à 180µg/m3 sur une heure a été franchi sur le Bassin lyonnais Nord-Isère 

Mercredi 29 juillet, les concentrations d’ozone ont sensiblement diminué sous l’effet du vent de nord, mais les prévisions météorologiques pour le lendemain ont conduit à activer sur prévision une vigilance jaune pour le bassin lyonnais nord-Isère, la zone de Coteaux et le bassin grenoblois en raison d’un risque modéré de franchissement du seuil d’information sur la journée du 30 juillet. 

Jeudi 30 juillet, ces vigilances ont été renforcées à la mi-journée, avec le passage en vigilance orange du bassin lyonnais Nord-Isère et de la zone des Coteaux pour un risque de dépassement identifié sur ces zones le jour même et le lendemain. Malgré l’observation de concentrations élevées (178 µg/m3 sur la zone des coteaux, 175 µg/m3 sur le Bassin Lyonnais Nord Isère, 150 µg/m3 sur le bassin grenoblois), le seuil réglementaire n’a finalement pas été dépassé le jeudi 30 juillet sur la Région. 

Vendredi 31 juillet, en raison de la prévision de températures encore plus élevées en Auvergne Rhône-Alpes, associée aux taux déjà conséquents relevés le jeudi 30, le risque de franchissement du seuil d’information pour le jour-même était considéré commeélevé. Les vigilances oranges déjà actives sur le bassin lyonnais Nord-Isère et sur la zone des Coteaux ont été maintenues, de même que la vigilance jaune en cours sur le bassin grenoblois, et une vigilance jaune sur la vallée du Rhône a été activée.Les 
taux d’ozone ont fortement progressé en début de journée mais ont été freiné dès 14 heures par l’arrivée d’un vent de sud dispersif sur tout le sillon rhodanien notamment. Les taux d’ozone sont donc restés en deçà des seuils le long du couloir rhodanien, mais ils ont en revanche augmenté sur le bassin grenoblois (171 µg/m3) et sur le bassin Lémanique (186 µg/m3).  

Samedi 1er août, au vu des concentrations recensées la veille et de la légère baisse des températures annoncée, il a été décidé de lever les vigilances en place sur le bassin lyonnais nord-Isère, la zone des Coteaux et la vallée du Rhône, où le risque de dépassement a été jugé faible pour le jour-même, avec une certitude de non-dépassement pour le lendemain, en lien avec l’arrivée de conditions météorologiques très perturbées. Seul le bassin grenoblois est resté en vigilance jaune pour un risque modéré de dépassement le jour-même. Le seuil de 180 µg/m3 a toutefois été dépassé ponctuellement sur le bassin lyonnais Nord-Isère ce jour-là, mais sans atteinte des critères de surface et population des dispositifs préfectoraux.  

Dans la nuit du 1er au 2 août, une perturbation orageuse importante a traversé la région, lessivant efficacement l’atmosphère et brassant fortement la masse d’air. Les taux d’ozone ont donc sensiblement diminué et la dernière vigilance en cours sur le bassin grenoblois a été levée.