Déplacement de la station "A7 Valence"

Partager :
Etudes
03 octobre 2018

La station « Valence Trafic », encore nommée « A7 Valence », fait partie du réseau minimum réglementaire. Les stations de ce réseau ont des objectifs de surveillance précis et doivent par conséquent répondent à des critères d’implantation stricts établis par l’Europe. Les mesures permettent ainsi de faire remonter au niveau européen l’état de la qualité de l’air de la région et les éventuels dépassements de valeurs réglementaires.

« Valence Trafic » est destinée à fournir des informations sur la qualité de l’air de zones représentatives du niveau maximum d’exposition auquel la population, située en proximité d’une infrastructure routière, est susceptible d’être exposée. Depuis sa création en 2001, elle observe des dépassements réglementaires en ce qui concerne la valeur limite annuelle en dioxyde d’azote (NO2).

Dans le cadre du plan de relance national autoroutier, VINCI AUTOROUTE a l’objectif de construire un mur antibruit, pour la fin du 1er trimestre 2017, qui sera situé entre la station de mesures et l’autoroute : la réalisation de cet ouvrage va modifier l’environnement proche de la station et par conséquent, va remettre en question les critères d’implantation et donc son objectif de surveillance. En effet, on peut s’attendre à des perturbations quant aux écoulements atmosphériques produisant un « écran » du mur antibruit.

Compte-tenu de l’impact conséquent sur l’environnement immédiat de la station de mesures, aussi bien pendant la phase de réalisation des travaux (ré envol de poussières) mais surtout à terme, la décision a été prise de déplacer la station. Du fait de ses dépassements réglementaires, il est impossible de supprimer cette station de mesures sans la remplacer par une autre station « équivalente », c'est-à-dire représentative des mêmes niveaux de pollution.

Dans ce but, une période de mesures comparatives entre le site actuel et les sites envisagés pour son remplacement est nécessaire, principalement en période hivernale pendant laquelle les niveaux sont élevés et les éventuelles différences plus probables et visibles.

Dans ce contexte, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes a initié une étude avec deux objectifs principaux :

  • Trouver un site équivalent (hors influence de l’ouvrage antibruit) à la fois dans sa typologie et dans ses niveaux pour la réimplantation d’une station pérenne à partir du 1er janvier 2017 et poursuivre la surveillance en proximité de trafic ;
     
  • Évaluer l’impact effectif du mur antibruit sur les mesures.