Evaluation de la qualité de l'air en lien avec l'incendie d'Environnement Recycling à Domérat (Allier)

Partager :
Etudes
08 novembre 2018

Un incendie de grande ampleur a débuté mercredi 1er août aux alentours de 13h30 sur le site industriel d'Environnement Recycling à Domérat, 4 kilomètres au nord de Montluçon. Le feu concernait essentiellement des appareils électro-ménagers en passe d'être recyclés. Par le biais d'un arrêté préfectoral, Atmo-Auvergne Rhône-Alpes a été mandaté pour réaliser au plus vite des mesures en air ambiant et dans les retombées autour de la zone de sinistre.

En complément des mesures permanentes sur le territoire (station de mesures située Rue Hector Berlioz à Montluçon, 4 km au sud du site industriel), d'importants moyens de mesures mobiles de qualité de l'air et de retombées atmosphériques ont été déployés jeudi 2 août en fin de matinée, sur une zone au sud-ouest de l'incendie, potentiellement impactée compte tenu de l’orientation des vents. Plus de 80 polluants appartenant à différentes familles ont été ciblés, car susceptibles d’être présents dans les fumées d’un tel incendie : particules, oxydes d'azote, oxydes de soufre, Composés Organiques Volatils, Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques, dioxines, furannes, métaux, PCB.

Globalement, l’investigation menée par Atmo Auvergne-Rhône-Alpes n’a pas mis en évidence d’impact important de l’incendie sur les taux de pollution atmosphérique ou les dépôts dans l’environnement. Les taux de pollution étaient faibles à modérés, respectant les normes ou réglementation en air ambiant. Il faut toutefois noter les points suivants :

  • Une élévation ponctuelle des taux de particules, et la présence de naphtalène, phénanthrène, manganèse, chrome et de dioxines dans les retombées, pouvant être en lien avec l’incendie ;

  • Le territoire de Domérat a pu être exposé à des concentrations plus élevées durant quelques heures, le 1er août et une partie de la journée du 2 août, avant le début des prélèvements et analyses.