Piétonnisation de la presqu’île de Lyon – Impact sur la qualité de l’air

Partager :
Etudes
30 juin 2020

Cette étude s’inscrit dans le programme d’actions 2019 établi entre la Métropole de Lyon et Atmo Auvergne-Rhône-Alpes. Elle a pu être réalisée grâce aux données générales de l’observatoire, financé par l’ensemble des membres d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, ainsi que la subvention attribuée par la Métropole de Lyon dans le cadre de la convention d’attribution pour son programme d’actions 2019. 

En 2019, une expérimentation grandeur nature d’un projet de piétonnisation de la Presqu’île de Lyon a été mise en œuvre au travers de 5 journées au cours desquelles les piétons ont été prioritaires et la circulation des véhicules a été limitée. 

Afin d’évaluer l’impact de cette mesure sur la qualité de l’air (particulièrement sur les concentrations en dioxyde d’azote (NO2) et en particules), la Métropole de Lyon a loué quatre micro-capteurs auprès de la société AtmoTrack, qu’elle a disposé en et en dehors de la zone d’expérimentation (au niveau de feux de signalisation) durant trois mois. 

Atmo Auvergne-Rhône-Alpes a accompagné la Métropole de Lyon dans l’évaluation de l’impact sur la qualité de l’air de l’expérimentation de la piétonnisation sur 3 volets : 

  • Calibration des micro-capteurs au niveau d’une station de référence de l’observatoire en amont et en aval de la campagne de mesure ; 
  • Exploitation des données de la campagne de mesure par micro-capteurs, comparaison aux données du réseau de mesures fixes de l’observatoire et exploitation complémentaire par modélisation ; 
  • Rédaction des conclusions de l’étude sous la forme d’un rapport et diffusion via, notamment, le site internet d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes.