Rapport - Amélioration de l’estimation des émissions de pesticides vers l’atmosphère en Isère - Apports des experts locaux

Partager :
Etudes
19 juillet 2016

Depuis 2007 sur différents secteurs de la région Rhône-Alpes. Ces mesures avaient pour objectif d’améliorer les connaissances sur l’exposition des populations aux pesticides.

Comme pour les polluants réglementés, ces mesures ont été complétées en 2013 par un premier inventaire spatialisé régional d’émissions de pesticides vers l’atmosphère pour 18 substances. Ce projet consistait en la mise en place de la méthodologie, à la collecte des données et à la validation des résultats. Quel que soit le polluant étudié, l’inventaire des émissions vers l’atmosphère permet d’identifier les secteurs les plus émetteurs, constitue une donnée d’entrée pour la modélisation des concentrations de polluants dans l’air et peut alimenter des observatoires. 

Suite à ce premier travail régional, un projet d’amélioration sur le département de l’Isère a été proposé afin de :

  • Valider la méthode utilisée pour l’inventaire spatialisé régional et les résultats obtenus pour le département de l’Isère par l’intermédiaire d’échanges avec un groupe d’experts locaux piloté par la Chambre d’Agriculture de l’Isère. 
  •  Mettre à jour les cartographies pour le territoire de l’Isère à l’aide des données plus récentes.

Un des grands apports de ce travail a été tout d’abord l’utilisation de données de ventes de pesticides à l’échelle du code postal de l’acheteur pour l’année 2014. Cette donnée, disponible depuis le dernier trimestre 2015 uniquement, apporte une précision nettement meilleure quant aux quantités de pesticides vendues et leur localisation par rapport aux données de ventes au code INSEE du distributeur agrégées à l’échelle du département et ventilées ensuite à une échelle plus fine selon les cultures autorisées et doses homologuées (méthode anciennement utilisée).

Le deuxième apport important de ce travail a été la concertation avec un groupe de travail de la Chambre d’Agriculture de l’Isère. Grâce à leurs connaissances sur les réelles pratiques à l’échelle du territoire, les experts de ce groupe ont pu intervenir dans la validation de la méthode et des résultats obtenus en Isère avec l’ancienne méthode (utilisée pour le premier travail régional) et la nouvelle méthode. Suite à ces échanges, trois nouvelles substances ont également été ajoutées à la liste des substances cartographiées. Les échanges avec ce groupe d’experts ont enfin permis de voir plus loin dans la démarche d’inventaire spatialisé avec la possibilité de tenir compte de la saisonnalité des émissions grâce à la mise à disposition de profils mensuels d’épandage des substances par culture.

L’ensemble des améliorations soulevées dans ce projet sur l’Isère pourront être étendues à la région lors de la mise à jour de l’inventaire spatialisé régional courant 2016.

Il s’agira également de poursuivre cette démarche très importante d’échanges avec le monde agricole pour valider les hypothèses utilisées et les adapter au maximum à la réalité.  Par ailleurs, la concertation autour de tels projets permet à Air Rhône-Alpes de mieux connaître et tenir compte des pratiques et contraintes du monde agricole et aux professionnels agricoles une meilleure compréhension des résultats obtenus et facilite leur communication.

Rapport de 28 pages